Pourquoi porter une robe ?


Abonnez-vous au podcast « Culture générale » pour ne pas manquer un nouvel épisode :
S’ abonner
S’ abonner
S’ abonner
S’ abonner
S’ abonner
S’ abonner

. Le port obligatoire de l’habillement d’un avocat date d’une loi du 31 décembre 1971. Son article 3 dispose : « Les avocats sont auxiliaires de la justice, qu’ils prêtent serment comme suit : je jure, en tant qu’avocat, d’exercer mes devoirs avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. Et qu’ils portent dans l’exercice de leurs fonctions judiciaires le costume de leur profession ».

Depuis cette date, le costume de l’avocat se compose d’une robe, des boutons, un rabat blanc et une épitoge, avec pour les occasions spéciales la possibilité de porter des gants et un arc papillon blanc.

A découvrir également : Quelle veste pour femme petite ?

A propos de l’épitoge, cette bande de tissu porté sur la toge au niveau de l’épaule, il permet de distinguer les avocats parisiens des autres. Dans la province, l’épitoge n’a pas d’hermine (ou plutôt de lapin aujourd’hui). On dit qu’elle est à Paris la marque du deuil de Malesherbes, l’avocat principal de Louis XVI, guillotinée pour sa défense.

Vous avez compris que l’origine de ce costume noir est bien sûr plus ancienne que les années 1970.

A lire en complément : Pourquoi le vintage est à la mode ?

Initialement, dès le XIIIe siècle, c’était une souche religieuse. Pourquoi ? Tout simplement parce que la grande majorité des avocats étaient ecclésiastiques ; la justice étant régie par la loi divine. Alors, lorsqu’ils ont plaidé devant un tribunal, ils portaient leur soude, qui était déjà noire. Par la voie de cette origine religieuse, la robe d’avocat a gardé un signe particulier. Ses boutons. Il y en a 33, comme l’âge du Christ à sa mort.

Cette origine explique, entre autres choses, qu’il est interdit aux avocats de le porter en dehors des tribunaux.

Au fil du temps, la robe a raccourci. Au Moyen Age, il était parsemé d’une traînée symbolisant la puissance. Derrière un avocat, nous avons dû marcher, forcé et par respect, à une certaine distance. Puis, sous l’ancien régime, les avocats sont le plus souvent nobles. Le port de la robe était également interdit après la Révolution française. Mais avec Napoléon, il est restauré.

Quant à la fabrication de la robe, c’est particulier. Il faut cinq mètres de tissu et 36 heures de travail pour en faire un. Le prix eson fait sur mesure est compris entre 900 et 3 000 euros selon le matériau et dure une quinzaine d’années.

ARTICLES LIÉS